Besoins de base

Du besoin au désir

6 Flares Twitter 1 Facebook 5 Google+ 0 LinkedIn 0 Pin It Share 0 Email -- 6 Flares ×
Print Friendly
Etymologie du mot besoin
Le mot besoin trouve son origine dans le francique (langue originelle des Francs). Voici ce qu’en dit le Wiktionnaire :
(xi e siècle) Estre bosoinz, « être nécessaire » ; (xiii e siècle) besoing, besoign ; du francique bisunni « grand soin », composé de bi- intensif → voir be- en allemand et de sunni → voir besonnen en allemand.À côté de besoign, il y a eu une forme féminine qui nous donne besogne.

Dans ma recherche de vie dans l’économie du don, j’insiste dans l’article “vivre riche” sur le fait qu’il nous faut trouver un nouveau langage pour exprimer les richesses. En effet, le langage conventionnel fonctionne bien pour décrire l’économie de marché, où tout s’achète, se vend ou s’échange. Quant à l’économie du don, le langage qui la décrit  demeure ancré dans une tradition orale et archaïque, inadapté à la rigueur sémantique dont nous avons besoin aujourd’hui.

Un mot courant revient toujours dans ce paradigme de la rareté : le besoin. Quels besoins pour survivre, quels besoins pour exister, quels besoins pour la société, etc.

Ce mot enferme notre regard économique sur le vital, sur ce dont on ne peut pas se passer. Il laisse peu de place à la liberté, au choix, à la responsabilité.

 

Besoins de base

Besoins de base

Pour moi qui ai fait le pari de vivre dans l’économie du don et dans la richesse intégrale, le mot besoin s’avère tout à fait inapproprié. Certes, je peux dire que j’ai besoin de manger, que j’ai besoin d’un toit, etc. En définitive, ces choses dites vitales ne relèvent-elles pas d’un choix ? N’ai-je pas choisi de vivre ? Mon cheminement m’a montré que tout, absolument tout, relève de ma pleine et entière responsabilité. Par conséquent, je n’ai pas de besoins. En revanche, j’ai des choix, des désirs, une volonté créatrice. Cette liberté fondamentale appelle non seulement les richesses propres à l’acte de vivre, mais également les richesses matérielles et immatérielles permettant d’exister pleinement. Comment peut-on réduire tout cela à des “besoins” ? Les articles vœu de richesse et ton plus beau cadeau expriment cette philosophie de la liberté.

Il fallait donc trouver un terme, et le voici : les richesses désirées.

Aujourd’hui, lorsqu’on me demande “quels sont vos besoins”, je partage ma liste des richesses désirées. Liste que je détaillerai et partagerai régulièrement.

Leave a Comment


*

6 Flares Twitter 1 Facebook 5 Google+ 0 LinkedIn 0 Pin It Share 0 Email -- 6 Flares ×
UA-25389272-1