Euro en pente

L’argent, une technologie devenue toxique

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 LinkedIn 0 Pin It Share 0 Email -- 0 Flares ×
Print Friendly

12 minutes d’une vidéo prise à la volée dans laquelle je vous dis pourquoi je considère l’argent comme une technologie non seulement obsolète, mais qui s’avère aujourd’hui toxique et parfaitement à l’opposé de la société que nous voulons construire aujourd’hui. Je vous parlerai en particulier de l’effet Pareto, du lien avec l’intelligence collective pyramidale, du consumérisme comme dommage collatéral.

 

 

2 Comments

  1. Stéphane D says:

    Bonjour Jean-François,
    Je ne pense pas que que la monnaie en soit mène automatiquement à sa concentration dans les mains de quelques uns. Selon moi cela est dû a d’autres mécanismes.
    Pour reprendre l’exemple du Monopoly, que se passerait-il si l’on changeait par exemple la règle qui veut que chaque fois qu’un joueur s’arrête sur une case celui-ci paye un loyer, et qu’on la remplace par un paiement unique donnant droit à y revenir gratuitement toutes les autre fois ? Le “propriétaire” ne pourrait alors plus accumuler indéfiniment de monnaie …
    Je vous invite vivement à jeter un oeil aux travaux de Michel Laloux (www.democratie-evolutive.fr), particulièrement à son livre “Dépolluer l’économie. Tome1 – Révolution dans la monnaie”. Je trouve passionnantes son analyse du fonctionnement actuel de l’économie ainsi que ses propositions pour une nouvelle économie à “valeur ajoutée humaine”.
    Entre autre, selon lui l’économie est polluée par le fait que quatre éléments sont actuellement traités comme des marchandises (source de spéculation) alors qu’ils ne le devraient pas : la monnaie, le capital, le travail et le foncier/immobilier.
    J’espère que ces quelques lignes auront su éveiller votre intérêt, malgré ma remise en cause de votre postulat.
    Bien à vous.

    • jf says:

      Bonjour Stéphane,
      Merci beaucoup pour votre retour et l’engagement d’une riche conversation. Il s’agit en effet d’un sujet que j’ai beaucoup étudié dans le cadre de l’intelligence collective. Plusieurs éléments m’ont amené à cette conclusion que l’effet Pareto, qui induit la rareté artificielle, restait l’élément principal de la toxicité de l’économie aujourd’hui.
      Il y a d’une part les travaux de Bouchaud et Mézart, deux physiciens, qui ont étendu les équations parétiennes jusque dans la physique quantique. Leur modèle analytique, plus large, leur a permis de prédire que peu importe la fiscalité qu’on met dans une économie, ou les règles de distribution, aucune d’entre-elles peut aller à l’encontre de la concentration monétaire. Cela peut atténuer (par la redistrinbution des richesses), ou accélérer (la pratique de l’intérêt constitue un formidable accélérateur), mais au bout du compte leur démonstration montre sans appel que l’effet Pareto va concentrer à un moment ou un autre. Cet effet se trouve d’ailleurs tellement fort que dans le Monopoly on a dû introduire des cartes (“Chance” ou “Caisse de Communauté”) qui induisent beaucoup de bruit pour que le jeu dure un peu plus longtemps. Je vous invite à lire les travaux de Bouchaud et Mézart, très pointus, peu connus des économistes, et pourtant fondamentaux.

      L’autre aspect de ma conclusion touche à ce qu’on appelle les “architectures invisibles” en intelligence collective. L’argent, avec sa rareté, attise des effets secondaires comme le capital, le travail et le foncier, puisqu’il pousse à toute forme de thésaurisation. Ajoutons que dans une société à intelligence collective pyramidale, cela s’avère une technologie indispensable pour que se maintiennent les concentrations de pouvoir, correllées avec les concentrations monétaires (ploutocracies). J’ai donc un scepticisme majeur concernant la plupart des ouvrages actuels qui restent cantonnés dans un discours politique et social sans toucher à des notions plus “méta” telles que les architectures invisibles (structure du langage, formes de conscience, lois physiques telles que l’effet Pareto, codes sociaux, alimentation, etc).

      J’espère avoir alimenté votre réflexion. Merci encore !

Leave a Comment


*

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 LinkedIn 0 Pin It Share 0 Email -- 0 Flares ×
UA-25389272-1