Michèle Decoust

Michèle Decoust, une aventurière accomplie, et une grande amie

14 Flares Twitter 1 Facebook 13 Google+ 0 LinkedIn 0 Pin It Share 0 Email -- 14 Flares ×
Print Friendly, PDF & Email

Cela faisait longtemps que je voulais écrire sur Michèle Decoust. D’une part parce que j’admire son parcours d’aventurière, de romancière, d’exploratrice, de pionnière, d’autre part parce que nous vivons une profonde amitié qui n’a jamais diminué depuis que nous avons fait connaissance, en 2006. Michèle Decoust a voyagé partout, du fin fond du bush australien aux pays d’Amérique Latine, des grandes mégapoles au fin fond d’une jungle équatoriale. En bonne aventurière, elle continue inlassablement. Pour en savoir plus sur elle, allez visiter son site, vous verrez l’étendue de son aventure de vie.

Michèle Decoust et JF à AurovilleNous avons, en quelques années, vécu déjà tant de choses ensemble ! D’incroyables séminaires d’intelligence collective dans le sud de la France, de nombreuses conférences ici et là, et tout récemment un formidable séjour ensemble à Auroville en Inde. Nous voici, en compagnie d’Uma (fondatrice d’Upassana et à l’origine des Tsunamika), ainsi que Julie, ma bienaimée (je vous laisse déduire laquelle a une origine indienne, et laquelle a le teint plutôt français…).

Au-delà des aventures, j’adore nos franches rigolades. Car avec Michèle, la bonne humeur fait partie du package.

Michèle possède aussi un sens profond de l’amitié. Elle a toujours manifesté sa présence et son immense générosité, sans réfléchir. Chaque fois que je pose les pieds dans la capitale française, son petit 2 pièces m’ouvre grand ses portes. Etant donné que Michèle a toujours eu l’habitude de vivre sur un bateau, on pourrait vivre dans un placard avec elle sans sentir la moindre promiscuité. Une rare qualité.

Auroville

Auroville ? Justement, voici une passion depuis longtemps vécue, suivie, animée et documentée par Michèle. Elle a réalisé deux remarquables documentaires ces dernières années, l’un complémentant l’autre.

Le premier, “Auroville, une terre pour demain” explique l’incroyable aventure, le courage et la persévérance qu’il a fallu à ces pionniers pour, d’un désert aride, faire jaillir une ville au cœur d’une végétation luxuriante. Ce documentaire essaie d’expliquer les aspects extérieurs, objectifs et visibles.

Le second documentaire, “Auroville, le lien d’or“, s’attaque à une partie beaucoup plus difficile : l’invisible. Quel lien invisible — le lien d’or — peut ainsi relier des gens aussi divers que variés dans une aventure aussi impossible et improbable qu’Auroville ? Pourquoi ces personnes ont-elles tout quitté ? Quelle flamme les anime intérieurement ? En quoi leur ardeur spirituelle se distingue de tout aspect sectaire ou religieux ? Qu’ont-elles atteint après toutes ces années ?

Pour qui se pose la question du vivre ensemble, et de l’évolution de notre conscience, je recommande ces deux documentaires. Pourquoi ? Parce qu’Auroville représente une expérience réelle. Bien loin des déclarations de belles intentions, nous rencontrons ici des gens qui se confrontent à une question très concrète : existe-t-il une façon universelle de vivre ensemble, sans tomber dans un modèle imposé ? Comment accueillir nos différences et la diversité ? Comment vivre pleinement la conscience humaine sur le plan social, sans la cacher ? Comment dépasser les limitations que toutes les sociétés ont rencontrées depuis la nuit des temps ?

Evidemment ces deux documentaires ne répondent pas à tout, loin s’en faut. Mais reconnaissons à Michèle qu’elle a relevé un pari difficile, presque impossible, à savoir de mettre en images des aspects fondateurs de cette extraordinaire aventure, Auroville.

Je voulais donc ici saluer et recommander cette œuvre en particulier, au milieu d’un océan d’autres créations de Michèle.

Et partager avec tous la chance et la joie d’avoir une telle amie.

Ma Mimi, amène-toi vite que je te fasse de gros bisous !

Gros bisou


PS : cet article, comme tant d’autres, a besoin d’une traduction anglaise. N’hésitez pas à m’écrire si l’envie vous prend de faire cette traduction !

3 Comments

  1. Marc Boucher de Lignon says:

    Merci Jean François de ce partage,

    Rentré en France depuis 1 mois et 1 semaine les rencontres s’enchainent de nouveau et les reliances aussi,
    Nous la voyons ce soir pour son film, un vrai bonheur de la retrouver et bientôt Toi aussi,

    Mille pensées,
    Marc

Leave a Comment

*

14 Flares Twitter 1 Facebook 13 Google+ 0 LinkedIn 0 Pin It Share 0 Email -- 14 Flares ×
UA-25389272-1