Parler à TEDx a représenté un défi. Comment expliquer, partager la vision des monnaies libres en 12 minutes ? Et pas seulement ça… car TED demande plus encore. Il ne s’agit pas d’exposer seulement des concepts ou des visions, il faut aussi laisser parler l’intelligence émotionnelle, équilibrer cerveaux droit et gauche, partager le cheminement personnel… Indépendemment du résultat, ce challenge ne pouvait que m’aider à grandir, à affiner mon expression, à chercher des voies (et voix) encore inconnues au fond de moi. Un parcours initiatique auquel je me prêtai avec joie, entouré et coaché par les merveilleux fondateurs de TEDx Paris. Leur feedback m’a toujours paru pertinent et leurs remarques bienveillantes.

Jusqu’à 48 heures avant TEDx, j’ai dû trancher dans le vif sur ce que je devais ou ne devais pas dire. J’avais décidé de minuter chaque étape du discours sans entrer pour autant dans du par cœur. Juste laisser la voix du cœur.

Deux évidences ont éclairé ce cheminement :

  • Ne pas chercher à “expliquer”, mais plutôt lancer des petites graines de curiosité dans le vent. Les gens ressentent ce qu’ils entendent. Même si le mental ne comprend pas tout, ils savent si cela doit les toucher. Quelque chose vient alors réveiller une connaissance plus profonde, souvent inconsciente, mais bien présente en chaque être humain.
  • Je devais aller au-delà des monnaies complémentaires, pour atteindre les monnaies libres, même si je lâchais 95% de l’audience en cours de route.

Ce dernier point mérite une explication.

Les gens comprennent en général assez bien les monnaies complémentaires. Plusieurs raisons à cela… Tout d’abord, les monnaies complémentaires “complémentent” notre système monétaire, donc nous restons dans le même paradigme, même si pour beaucoup, l’idée d’utiliser d’autres unités pour échanger représente un saut quantique émotionnel considérable. De plus, dans leur philosophie, les monnaies complémentaires demeurent monolitiques — une seule monnaie pour tout faire — et fondées sur l’économie de marché (réciprocité/symétrie immédiate : je te donne quelque chose, tu me donnes de la monnaie en retour). Vu que l’économie de marché représente la seule chose que les gens connaissent depuis tout petits, ils n’ont pas d’autre référentiel. Tout le reste entre dans l’abstrait.

Les monnaies libres deviennent plurielles. Elles fonctionnent par constellations, ne servent pas qu’à échanger des biens, ne s’inscrivent pas exclusivement dans l’économie de marché. Elles permettent à des flux de richesse de se construire en spirales vertueuses. Bref, tant qu’on n’a pas joué avec elles, cela reste aussi abscons que l’Internet pour le grand public en 1995. Aucune conférence que j’ai données à l’époque n’aurait pu permettre de comprendre la réalité d’aujourd’hui. Une fois qu’ils auront goûté aux monnaies libres en direct, les gens se rendront compte de leur simplicité et évidence.

La rupture de paradigme réside dans les monnaies libres (et même au-delà du terme “monnaies”), pas dans les monnaies complémentaires, c’est donc là que je devais porter ma conférence.

Mais de là à en parler en 12 minutes sans proposer d’expérience… J’ai donc pris un risque, celui de lâcher une bonne partie de la salle, de paraître abstrait, théorique et incomplet pour la plupart. Puisse pour autant cette conférence avoir permis à quelques graines de pousser dans des terreaux fertiles.

Aujourd’hui, presque 3 ans après, alors que je remodèle cet article, je continue de recevoir beaucoup de feedback. Tout d’abord parce que TEDx Paris 2011 a donné une bonne visibilité médiatique aux intervenants. En ce qui me concerne, je reçois beaucoup de emails, que ce soit de particuliers qui veulent mieux comprendre ou s’engager, d’entreprises qui voudraient travailler avec moi sur le sujet, ou de médias pour une interview.

J’ai en tout cas reçu un beau cadeau : cela m’a permis d’évoluer.

Merci encore aux organisateurs de TEDx, et à tous les volontaires de cet événement qui ont donné temps et énergie dans la bonne humeur !

Envie de partager ?

“L’expérience TEDx Paris 2011”

  1. Bonjour Jean-François,

    Un grand merci à toi et à TEDx Paris pour le cadeau de cette présentation sur les monnaies.

    L’une des choses qui m’a le plus marqué est l’évolution de l’atmosphère de cette présentation. Comme si au fur et à mesure on plongeait dans quelque chose d’autre, de plus intime. J’ai beaucoup aimé ce changement que j’ai trouvé très juste, vrai. Mais comme s’il y avait aussi un essoufflement, comme si l’image que je regardais n’arrivait plus à suivre les mots, que le décor emprisonnait et qu’il devenait de plus en plus sombre, lourd, déphasé. Comme pour illuminer le rêve que tu partageais concernant les monnaies libres, je rêvais moi-même en t’écoutant de voir pousser sur scène des arbres, des plantes, des fleurs; de voir de nouvelles couleurs compléter le noir et le rouge de la scène (j’ai bien aimé à un moment l’image de l’arrosoir vert dans le fond).

    Je remarque aussi que la compréhension dans l’être que la paille n’est pas l’air, que la richesse est dans l’air, la respiration, etc. est quelque chose qui, chez moi, s’infiltre progressivement et qui demande une certaine cultivation. Par rapport à cela, les présentations comme la tienne sur les monnaies et la richesse (il y a aussi, par exemple, le film d’Alan Rosenblith – The Money Fix) sont très nourrissantes et donc en effet de véritables cadeaux.

    Enfin, l’expression « monnaie [unique] payante » me paraît apporter un éclairage très juste et fort. On y voit comme le serpent qui s’avale en se mordant la queue.

    Vincent

    • Vincent,
      je partage avec enthousiasme et à 100% les idées, les aspirations décrites dans la seconde partie du films The Money Fix. Mais il y a une erreur de raisonnement : la monnaie créee par le système bancaire sert à créer de la valeur ajoutée. Quand la banque prête $100 à un agriculteur, en principe le travail de celui ci lui rapporte par exemple $110. Le tout fonctionne quand la somme des valeurs ajoutées dépasse le montant total des intérêts dûs aux banques. La question est de savoir si la valeur ajoutée est juste, usurière et dans quelle mesure le taux d’intérêt pollue le système.
      Pour le reste, évidemment il n’y a pas assez de monnaie pour rembourser dettes+ intérêts ce qui n’arrive pas tant que la confiance est là (cirse de 29 que nous essayons d’éviter depuis 4 ans, à coup d’inflation et de taux bas).
      Maintenant, dans un système de compte mutuel, si quelqu’un fait défaut, s’en va en laissant son débit aux autres, ne sommes nous pas dans la même situation? La disparition de l’intérêt change t-elle la nature des risques?
      Enfin qui décide et au nom de quel principe q’une heure de plomberie vaut une consultation de 10 minutes chez un médecin, ou un plat+dessert sans boisson le mercredi soir dans tel restaurant? L’ajustement par les prix a forcement lieu, vu que nous cherchons tous un bon plombier… et un restaurant le samedi.
      Même si le plombier adhère aux valeurs du groupe, il ne peut pas se couper en quatre et répondre à toute les demandes ; comme il ne fait que travailler, il accumule des crédits et se met en risque par rapport à ses débiteurs. En cela il devient un banquier!

  2. Merci Jean-François de nous faire partager l’envers du décor.
    Je crois qu’avec les nouvelles technologies —et bien sûr internet— l’important est de donner envie, d’oublier la démonstration (fut-elle brillante) et d’aller vers l’humain et la spiritualité.
    On ne s’attend pas à “respirer”, à taper des pieds ou à embrasser son voisin avec un sujet comme les “nouvelles monnaies”.
    Tout comme on ne s’attend pas à rire dans un cours de comptabilité analytique.
    Et pourtant, c’est mieux !

    “Ce que j’entends, je l’oublie.
    Ce que je fais, je m’en souviens.
    Ce que je vis, je l’apprends”.

    (pour retenir cette citation de Confucius, je l’ai calligraphié. Je l’ai “ressentie” de l’intérieur.)

    Tu as porté le sujet des nouvelles monnaies non pas à un sujet technique (“comment ça marche ?”), mais plutôt au niveau du sens (quelle monnaie pour quels usages, pour quel projet de civilisation ?).
    Tu seras payé en retour !

    A très bientôt pour de nouvelles aventures !
    Eric

    PS : je t’envoie un dessin illustrant “quelles monnaies pour demain”.

  3. Oui, oui, merci à l’équipée Ted X !! J’en suis sorti assez bouleversé, notamment par le fait que parler du sujet qui m’intéresse “les BRF” en 12′, me semblait mission impossible. Comme tu le dis, Gilles et les autres m’ont poussé à fructifier mon discours afin que les graines puissent germer chez ceux qui ont osé cultiver le sol de leur vie.
    Mais cette histoire des monnaies “autres”, va assez bien avec les Bois Raméaux Fragmentés, dans la mesure où nous sommes sur des “possibles” de gestion de flux d’énergies ou autres vecteurs de forces……pas eu le temps de développer ça !!!
    Le végétal a ce potentiel d’éternité, qui rendent nos “ponctions” dérisoires par rapport à leur capacités de productions.
    à bientôt, sans doute et merci.
    Jacky

    • Cher Jacky, merci pour ton mot. Partout où je regarde, je vois des mécanismes de rareté artificielle en place, comme s’ils avaient eu une fonction sociale ces derniers millénaires, et que maintenant il est temps de les abandonner. Ta découverte n’échappe pas à la règle. C’est pourquoi nous avons tant à partager !

  4. Cher Jean-Francois,
    Felicitations pour reussir si bien cette initiation a la communication dense! J’ai vecu cette experience a Berlin il y a un peu plus d’un an comme tu peux voir sur mon site web. Mais je te trouve le plus convaincant, et c’est ce qui compte.

  5. […] alors de nouvelles vidéos iront dans le détail. L’idée m’est venue après ma conférence TEDx à Paris en janvier 2011, sous forme de question : comment faire des conférences TED depuis chez […]

Votre commentaire

XHTML: Vous pouvez utilisez ces tags : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Restonsconnectés