Sri AurobindoLa première préoccupation de l’homme à l’éveil de sa pensée et, semble-t-il, son inévitable et ultime préoccupation (car elle survit aux plus longues périodes de scepticisme et revient après tous les bannissements) est aussi la plus haute que sa pensée puisse envisager. Elle se manifeste par le pressentiment du Divin, l’élan vers la perfection, la quête de la Vérité pure et de la Félicité sans mélange, le sens d’une secrète immortalité. Les anciennes aurores de la connaissance humaine nous ont laissé le témoignage de cette constante aspiration. Aujourd’hui, nous voyons une humanité rassasiée, mais non point satisfaite par l’analyse victorieuse des aspects extérieurs de la Nature, se préparant à retourner à ses aspirations premières. La plus ancienne formule de la Sagesse promet d’être aussi la dernière : Dieu, Lumière, Liberté, Immortalité.

Sri Aurobindo – “La Vie Divine” (1939)

Envie de partager ?

“Sri Aurobindo : “La première préoccupation de l’homme à l’éveil de sa pensée…””

  1. Bonjour, heureux de vous revoir sur ce site et toujours aussi actif ! (Sri Aurobindo … j’aime !)
    Quel est le nouveau lieu de vie ? quelles ont été les nouvelles rencontres ?
    Vos écrits m’inspirent, je chemine à ma façon (par petites touches) et je me sens pionnier de cette vie comme c’est écrit sur un autre site .
    A+ François

  2. […] corpus ontologique particulier : celui de Sri Aurobindo. Aurobindo, dont je partage une citation dans ce post, est pour moi le plus concis, le plus rigoureux et exhaustif qui soit dans son vocabulaire […]

  3. Jean Francois
    Bonjour
    Suite a ton sejour chez moi je decoubre ton site et ainsi ce personage dont l’histoire m’a fait pleurer en le decouvrant a Auroville meme..
    C’est un message? un Maitre qui fais apparition dans ma vie?
    a Bientot
    Carlos GG

Votre commentaire

XHTML: Vous pouvez utilisez ces tags : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Restonsconnectés