Telle qu’exprimée dans le vœu, je vois la richesse comme tout ce qui nous rapproche du Beau, Bon et Vrai. (cf cette conférence en anglais)

Dans le langage courant, le mot richesse se rapporte à quelqu’un qui a beaucoup d’argent. Cela montre la confusion qui existe entre la fin (l’argent) et les moyens (la richesse). L’argent offre un moyen d’accéder à certaines formes de richesses, le plus souvent matérielles. L’argent permet d’accéder à une toute petite portion du vaste spectre de la richesse. Comment pourrait-on le considérer comme une fin ? La fin, elle, s’incarne dans la richesse, dans son sens le plus profond.

Comment définir la richesse alors ? La richesse devient richesse tout simplement parce que nous la déclarons comme telle.

Dans le monde matériel, il y a des richesses relatives (qui n’intéressent que certaines personnes), et il y a des richesses universelles qui touchent tous les Hommes. Pour certains, un appartement en ville représente une richesse, d’autres préférent une maison à la campagne. Pour certains posséder du bétail confère un statut social, pour d’autres cela ne veut rien dire. Il s’agit de richesses relatives.

Parmi les richesses universelles, citons les besoins fondamentaux tels que la nourriture, l’eau, la santé, un toit, des vêtements, l’éducation… Pour l’immense majorité de l’humanité, seul l’argent permet d’y accéder. Intéressant non ? D’autres richesses universelles existent de manière immatérielle, telles que la paix, la confiance, l’amitié, la famille, l’estime de soi, la joie, l’humour, l’écoute, l’éveil spirituel… autant de choses que l’argent n’achètera jamais.

Peu importe qu’il s’agisse d’un toit pour vivre, de la beauté d’une fleur, du sourire d’un enfant ou d’eau potable, la richesse vient toujours comme l’expression et l’harmonie du Beau, Bon, Vrai.

Restonsconnectés