Si vous voulez creuser cette question plus avant, je vous invite à lire la page richesse intégrale.

Le Beau a trait à l’élan créateur qui vit en chaque âme humaine. Chaque être humain possède cette étincelle, cet élan qui l’invite à manifester la beauté au moyen d’un art ou d’un savoir-faire. Peu importe la forme de l’expression, le niveau de maîtrise, le type d’art, le style, les canons culturels… Le Beau émane de l’expression intime, subjective du Je. Sur le plan sociétal, il se rapporte aux Arts.

Le Bon introduit l’autre, l’alter ego. On ne peut rien considérer comme bon tant qu’autrui ne l’a pas déclaré comme tel. L’autre – un être humain, la société, la nature, l’univers – exprime directement ce qu’une création provoque en lui, de manière verbale ou corporelle (un arbre qui se magnifie ou qui dépérit par exemple). Ainsi le Bon vient par le Tu. Sur le plan sociétal, il se rapporte à l’Éthique ou la Morale.

Le Vrai manifeste le principe de réalité, le tiers extérieur au je et au tu. Le principe de réalité fonctionne comme un miroir en face duquel nous confrontons nos capacités et notre créativité. Il dit à l’ingénieur, de manière impartiale, si la centrale nucléaire va résister aux tremblements de terre et aux tsunamis. Le principe de réalité nous apporte de rudes leçons sur les conséquences de nos actes et de nos choix. Il opère comme notre maître miroir auprès duquel nous apprenons à perfectionner notre art. Le Vrai émane du Ça (ou du « il » ou « elle »). Sur le plan sociétal, il se rapporte aux Sciences.

Je pour le Beau, Tu pour le Bon, Ça pour le Vrai. Nous voyons se révéler la structure fondamentale de notre construction du monde, reflétée par les bases de la grammaire. Notre structure ontologique repose sur ces briques fondatrices.

Beau, Bon et Vrai s’entremêlent. Comment peut-il y avoir de la beauté face au mensonge ? Comment peut-il y avoir du bon sans vérité ? A quoi sert la vérité si on ne la pétrit pas de beauté et bonté ? Beau, Bon, Vrai opèrent comme la diffraction en trois couleurs d’une seule et unique source de lumière. Ils composent tout ce que nous nommons « richesse ».

 

Restonsconnectés